L’avenir des banques italiennes après le non au référendum


Les banques italiennes vont-elles faire les frais du non au référendum? C’est la question que se posent tous les analystes financiers. Si les principales Bourses sont restées sereines face au résultats, l’euro reculait encore face au dollar. Les analystes s’accordent sur ce point : ce référendum pourrait avoir des conséquences aussi importantes que le Brexit et impacter sensiblement la politique monétaire européenne. Mais pour le moment, ce qui fait peur à tout le monde, ce sont les banques italiennes. Après la Grèce, l’Italie?

Les banques italiennes en pleine tourmente

La démission du gouvernement Matteo Renzi a pesé sur les valeurs bancaires, déjà fort malmenées depuis le début de l’année. A cette annonce, l’action de la banque Monte dei Pashi di Siena clôturait en baisse de 4% après avoir chuté de 10% dans la journée. Unicredit perdait plus de 3%. Les pires rumeurs qui couraient déjà depuis plusieurs mois sont relancées: le système financier italien va t-il s’effondrer ?banques italiennes crise

Pour le moment, la plus grosse inquiétude concerne le sauvetage de la plus ancienne banque commerciale au monde, la banque Montei dei Pashi di Siena. Les derniers tests de résistance européens de cet été ont démontré ce que tout le monde savait déjà: BMPS est la banque la plus vulnérable d’Europe. Une performance dont elle se serait bien passée.  Une vaste augmentation de capital d’un montant de 5 milliards d’euro était prévue d’ici à la fin du mois. Mais après le non au référendum, les banques d’investissement qui devaient y participer pourraient revoir leur décision. Ce qui est certain de l’avis des analystes, c’est que l’Etat italien va devoir largement participer au renflouement. Il pourrait monter à hauteur de 40% du capital afin d’éviter la faillite de l’établissement. L’objectif est d’empêcher un effet boule de neige qui pourrait affecter l’ensemble de la finance italienne.

Un système financier plombé par les créances douteuses

Si la majorité des banques italiennes est aujourd’hui en difficulté, c’est d’abord en raison du poids considérable que fait peser sur elles les créances douteuses. Selon un très récent rapport de la Banque d’Italie, ces créances, sous la pudique appellation de “prêts non performants”, s’élèveraient à 356 milliards d’euros. Sur ces 356 milliards d’euros, près de 199 milliards, sont jugées irrécouvrables. Aujourd’hui, la valeur de ces créances ne dépasseraient pas 85 milliards d’euros.

Selon les dernières  statistiques de la BCE, deux tiers de toutes les créances douteuses européennes sont détenus par 14 banques italiennes.

A quoi doit-on s’attendre ?

Il faut s’attendre dans les prochains mois à une restructuration de tout le secteur finance en Italie. Plusieurs cessions et rapprochement bancaires, dont certains avaient été initiées avant le référendum sont attendus.

Ce non au référendum ouvre la voie au pire des scénarios pour la finance européenne. Une question demeure: Bruxelles prendra t-elle la responsabilité de la banqueroute des banques italiennes ? Les analystes tablent plutôt sur leur sauvetage.

Comments

comments

Étiquettes : , , ,
Tradeo.com

Tradeo - Social Trading Network

You may also like

LEAVE A COMMENT

Join our webinars

Join our webinars

Download the app - Android

Download the app - Android

Download the app - IOS

Download the app - IOS